Droit du salarié en télétravail : Ce que vous devez savoir


Le télétravail est devenu une réalité pour bon nombre de salariés, et encore plus depuis la pandémie de COVID-19. Il est donc essentiel de connaître les droits et obligations des salariés en télétravail, afin de préserver un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Cet article vous permettra de mieux appréhender le cadre juridique du télétravail et d’obtenir des conseils pratiques pour l’exercer dans les meilleures conditions possibles.

1. La définition du télétravail

Le télétravail est défini par l’article L1222-9 du Code du travail comme « toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication ». Ainsi, le télétravail peut être occasionnel ou régulier, partiel ou total, et s’appliquer à tous types d’emplois.

2. La mise en place du télétravail

La mise en place du télétravail peut résulter d’un accord collectif, d’une charte élaborée par l’employeur après avis du comité social et économique (CSE), ou d’un simple accord entre le salarié et l’employeur (article L1222-11 du Code du travail). Dans tous les cas, il est recommandé de formaliser cet accord par écrit (contrat de travail, avenant ou échange de courriels).

Le télétravail peut être refusé par l’employeur si celui-ci estime que le poste du salarié n’est pas compatible avec cette forme d’organisation du travail. Néanmoins, en cas de circonstances exceptionnelles (comme la pandémie de COVID-19) ou de force majeure, l’employeur peut imposer le télétravail au salarié sans son accord (article L1222-11 du Code du travail).

3. Les droits et obligations du salarié en télétravail

Le droit à la déconnexion est un droit essentiel pour les salariés en télétravail. Il leur permet de ne pas être constamment connectés aux outils numériques professionnels et préserve ainsi leur vie personnelle et leur temps de repos. Ce droit doit être organisé par l’employeur, notamment à travers des plages horaires spécifiques et des mesures de sensibilisation (article L2242-17 du Code du travail).

Le salarié en télétravail bénéficie également des mêmes droits que les autres salariés concernant les conditions d’emploi, la rémunération, la formation professionnelle, les évolutions de carrière et les relations collectives (article L1222-9 du Code du travail). De plus, le temps passé en télétravail doit être considéré comme du temps de travail effectif et donner lieu à une rémunération au moins équivalente à celle perçue dans les locaux de l’entreprise.

Le salarié en télétravail doit également respecter les obligations liées à son contrat de travail, notamment en termes d’horaires, de loyauté et de confidentialité. Il est également tenu de prendre soin du matériel mis à sa disposition par l’employeur et de le restituer en fin de contrat ou lorsque le télétravail prend fin.

4. Les obligations de l’employeur

L’employeur a plusieurs obligations envers le salarié en télétravail, notamment :

  • Fournir et entretenir le matériel nécessaire au télétravail (ordinateur, téléphone, connexion internet, etc.) ;
  • Prendre en charge les coûts engendrés par le télétravail (abonnement internet, consommation électrique, etc.), dans la limite des frais réellement engagés et justifiés par le salarié ;
  • Assurer la santé et la sécurité du salarié dans l’exercice de ses fonctions à distance ;
  • Veiller au respect des temps de travail et des temps de repos du salarié.

Il est important de noter que l’employeur peut être tenu responsable des accidents survenus pendant le temps de travail à domicile du salarié, sauf s’il est établi que cet accident a eu lieu hors du temps de travail ou pour une cause totalement étrangère au travail (article L412-1 du Code du travail).

5. La fin du télétravail

La fin du télétravail peut résulter d’un commun accord entre le salarié et l’employeur, ou d’une décision unilatérale de l’une des parties. Dans ce dernier cas, la partie qui souhaite mettre fin au télétravail doit motiver sa décision et respecter un délai de prévenance raisonnable (article L1222-9 du Code du travail). Le retour dans les locaux de l’entreprise doit se faire sans perte de rémunération ni dégradation des conditions de travail pour le salarié.

En cas de litige relatif au télétravail, il est conseillé de recourir à une médiation ou à une conciliation préalable avant d’envisager une action en justice. Les conseils d’un avocat spécialisé en droit du travail peuvent également être utiles pour défendre ses droits et trouver une issue favorable au conflit.

Le télétravail représente un mode d’organisation du travail en plein essor, qui soulève des questions importantes en matière de droits et obligations des salariés et des employeurs. Il convient donc de bien connaître les règles applicables afin de préserver ses intérêts et d’exercer son activité professionnelle dans les meilleures conditions possibles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *